1- Présentation

Il existe d’autres moyens que le drone pour entreprendre des prises de vue aérienne. Vous pouvez grimper sur le toit des immeubles, vous octroyer les services d’un pilote d’avion ou d’hélicoptère ou bien tout simplement voler vous même (Superman le fait bien !!)

Mais connaissez-vous la photographie aérienne par CERF-VOLANT ?

airkapture-illustration
© Airkapture.fr

airkapture-illustration

C’est une technique méconnue qui a plus d’un siècle d’existence mais qui est pourtant tout aussi efficace et moins onéreuse.

Fabien Potel est un photographe professionnel et “kapeur” passionné (KAP = Kite Aerial Photography).
Il sillonne les routes essentiellement en Normandie avec ses cerfs-volants depuis plus de 8 ans. Et il a accepté de répondre à mes questions.

Il est passionné depuis son plus jeune âge par la photographie, l’aéromodélisme et le vol des cerfs-volants. En créant « Airkapture », il a associé ses passions et vous fait voyager à travers ses photographies.

La photo par cerf-volant a plus d’un siècle d’existence. L’idée est née en 1888 d’un Français dénommé Arthur Batut, inspiré par l’observation d’un papillon. Arthur Batut confectionne un cerf-volant dont l’armature mesure 2,50 m de haut sur 1,75 m de large composé de bois et de papier. Il met au point une chambre noire à focale fixe, munie d’une simple lentille. Pour sa légèreté il utilise bois, papier kraft et liège, elle mesure 9cm sur 13cm. L’automatisme du fonctionnement est assuré par le feu d’une mèche d’amadou qui en fin de combustion libère l’obturateur à guillotine. Le tout en ordre de marche pèse 610 grammes.

2 – Les moyens techniques

Quels sont les moyens techniques que vous mettez en place pour vos prises de vue ?

Mon matériel se compose :
– De cerfs-volants mono fil de type delta (Cerfs-volants de différentes envergures suivant la force du vent),
– d’un enrouleur avec 200m de ligne,
– d’une nacelle radio commandée avec son appareil photo (reflex, hybrid ou compact) généralement de type compact pour une plage de vent plus large car plus léger.
– d’un système de commande à distance pour mouvoir la nacelle et d’un retour vidéo pour retransmettre le cadrage photo au sol.

airkapture-illustration
© Airkapture.fr

3 – Règlementation

La règlementation pour ce type de vol est-elle la même que pour les drones ?

airkapture-illustration

Les cerfs-volants n’ont pas la même réglementation que les drones. Ils sont même exclus de cette loi dite « drone » car les cerfs-volants ne sont pas considérés comme des engins télé-pilotés.

La seule règle qu’on a en commun c’est la limite de hauteur de vol qui ne doit pas excéder les 150 mètres.
En revanche dans un cadre professionnel pour de la captation d’images aériennes nous sommes tous logés à la même enseigne par une déclaration d’activité et l’obtention d’un document CERFA qu’on soit à bord d’un aéronef ou non.
Dans une activité de loisir la diffusion d’images aériennes doit rester (normalement) dans un cadre privé.

– Respectez-vous les zones de survol proposées par Géoportail ?
– J’ai vu par exemple que vous aviez survolé le Mont Saint-Michel, ce qui est strictement interdit en drone.

Même si elle ne nous concerne pas il m’arrive parfois de regarder la carte géo portail destinée aux drones de loisir pour d’éventuels repérages rapide mais la carte de référence reste pour moi la carte OACI

En ce qui concerne le Mont Saint Michel, il est strictement interdit pour les drones en loisir mais pas en cerf-volant.
Comme je viens de le dire au-dessus la carte géo portail a été réalisée pour les engins télé pilotés.
Les seules zones interdites pour tous aéronefs grandeurs ou télé pilotés sont les zone P.

Les zones P sont des zones dont la pénétration est totalement interdite, il en existe actuellement 6 en France, Paris, Mont de Marsan, Toulon, l’Ile du Levant, Brest et Cherbourg.

airkapture-illustration
© Airkapture.fr

4 – Les différences

Quelles sont les différences entre la prise de vue aérienne drone / cerf-volant

Pour moi cette technique n’a que des avantages pour la photographie : Conviviale avec le public (on sait ou me trouver pour d’éventuelles questions), réglementation beaucoup moins contraignante qu’avec un drone même en agglomération, une plage de vent très large de 5 à 70km/h (au-delà ou le drone ne pourra pas voler)… etc… et la possibilité d’utiliser un vrai appareil photo de son choix.

Le seul avantage que je trouve au drone c’est pour les vidéastes. Il est impossible en cerf-volant de rivaliser par rapport à la stabilité d’un drone et par la possibilité de faire de magnifique traveling vidéo. (A moins de courir très vite avec son cerf-volant).

Le seul inconvénient en cerf-volant c’est les pilonnes électriques HT !! (En drone ça peut être aussi un risque de perturbations électronique)

Au final faire voler un cerf-volant n’est pas plus dure que de faire voler un drone. Les cerfs-volants ont beaucoup évolués en matière de stabilité même dans des vents difficiles. Comme pour tout il faut un minimum d’entrainement pour apprendre à connaitre son matériel.

Le problème du drone c’est qu’il y a presque plus rien à apprendre pour pouvoir voler (Demande à un télé-pilote de désactiver la localisation GPS de son drone par vent fort (30km/h). Je suis certain qu’au moins 80% des télé-pilotes sont incapable de le ramener !! ^^).

L’avantage c’est qu’un cerf-volant n’est pas bourré d’électronique, il reste mécanique! (contrôle visuel rapide avant vol et pas de mise à jour).

airkapture-illustration
© Airkapture.fr

5 – Activité professionnelle

– La démocratisation des drones vous a-t-elle fait du tort dans votre métier ?

Réponse de Normand : Oui et Non
Les drones sont devenus très connus par leur médiatisation (en bien et en mal) alors que la prise de vue par cerf-volant à presque toujours existé.
Même avec l’évolution du numérique les Kapeurs sont toujours restés dans l’ombre par leur côté familial et réservé mais au final c’est sans doute un mal pour un bien car quand on voit ces nouvelles réglementations drone chaque années…
L’avantage qu’on a toujours en cerf-volant, dans un cadre pro, c’est qu’on peut intervenir le jour même à la suite d’une demande

Là où le bât blesse le plus ce n’est pas réellement la multiplication des télé-pilotes mais plus l’uberisation de la profession de photographe et vidéaste qu’on retrouve aussi dans le monde des prestataires drone maintenant ! (A la limite de la concurrence déloyale) Sans parler de certains amateurs.

Le drone et le cerf-volant sont plus complémentaires que concurrent à mon sens.

airkapture-illustration
© Airkapture.fr

Un grand merci à Fabien pour le temps qu’il m’a consacré. N’hésitez pas à aller admirer ses formidables photos sur sur sa page Facebook ou Flickr ou de le contacter via son site.
Site: www.airkapture.fr
Facebook: www.facebook.com/airkapture.fr
Flickr: https://www.flickr.com/photos/airkapture/albums/72157650499065858 

Découvrez les autres domaines d’application du drone => Domaines d’application







Défiler vers le haut

Pin It on Pinterest

Share This